/7 faits que vous ne savez peut-être pas sur l’extermination des Aborigènes en Australie

7 faits que vous ne savez peut-être pas sur l’extermination des Aborigènes en Australie

Tous les 26 janvier, les Australiens célèbrent ce qu’ils appellent “Australia Day”, en commémoration de la prise de possession de la plus grande île du monde, l’Australie. Mais ce que les Australiens ne commémorent pas, ce sont les millions d’Aborigènes exterminés lors de cette “conquête”. Voici 7 faits sur l’extermination des Aborigènes d’Australie.

 

aborigènes1. James Cook et le principe de “Terra Nullius”

En 1788, James Cook prend possession du territoire australien au nom du roi Georges III. Aussitôt, il accorde à cette terre le titre de “Terra Nullius”. Par cette proclamation, James Cook rejette l’idée et la possibilité de l’existence d’une autre nation en ce « continent inexploré ». Ce concept d’appropriation est un droit de propriété en vogue dans l’Europe coloniale. Il s’oppose à la conception aborigène de la “Terre Mère”: “La terre ne leur appartient pas, ils appartiennent à la terre”. “Terra nullius” est une locution latine signifiant “ territoire sans maître”. C’est un espace qui peut être habité, mais qui ne relève pas d’un État. Selon ce principe, les terres ne sont possédées par personne.

Les Aborigènes ont dû attendre jusqu’en 1992 pour l’abrogation de la loi du Terra Nullius. Néanmoins, ils se voient toujours nier la propriété de leurs terres ancestrales.

 

2. La première tentative de génocide a duré plus de 100 ans

À l’époque pré-coloniale, 500 tribus nomades vivaient sur le sol austral. Tous les clans étaient dispersés sur l’immensité du continent. Ce peuple, installé depuis environ 40 000 ans sur ces terres, paya et paye encore les débordements britanniques assoiffés de pouvoir et de domination. Les épidémies et le massacre des Aborigènes réduisent leur nombre de 1 million à 60 000 individus en seulement un siècle d’invasion.

 

3. Les Aborigènes ne sont pas morts de maladies

À ce jour, beaucoup d’Australiens blancs pensent que les Aborigènes sont, pour la plupart, morts de maladies. La raison de cette désinformation est la propagande instauré par le gouvernement australien, les médias et le système éducatif. La majorité de la population n’a pas reconnu les actes horribles qui ont été infligés à la population autochtone noire de la région. Alors que de nombreux citoyens australiens vous diront que des personnes autochtones sont mortes de maladies, les Noirs autochtones du continent ont pour la plupart été assassinés. Lors de l’invasion, les politiques adoptées furent non seulement de minimiser le nombre de ces aborigènes, mais aussi de le réduire.

 

4. Les Britanniques ont tué toute une île de Noirs autochtones

La Tasmanie est une île isolée située au large de la côte sud de l’Australie. Un article publié par Atlanta Blackstar l’année dernière disait que les Britanniques «massacreraient, kidnapperaient et asserviraient les Noirs de Tasmanie».
Les hommes noirs étaient utilisés pour la pratique des cibles, les femmes noires étaient utilisées comme esclaves sexuels et les bébés noirs étaient rôtis.

 

5. Les Aborigènes ont été mis dans des camps de concentration

Comme moyen pour « exterminer » la population autochtone, l’Australie adopta l’Aborigines Protection Act (Loi sur la protection des Aborigènes) de 1909. En vertu de cette loi, les premiers camps de concentration australiens furent établis. Le Dr. Gary Foley, un activiste, universitaire, écrivain et acteur australien aborigène de l’ethnie Gumbaynggirr, affirma que cette loi fut établie « sur l’hypothèse que ce qui restait de la population autochtone ne voulait pas mourir ».

 

6. Durant le génocide, le gouvernement australien volait des enfants à leurs familles

Le gouvernement australien a entrepris de se débarrasser de la population indigène. Selon un rapport de 1997 de la Commission australienne des Droits de l’Homme, intitulé «Bringing Them Home», les autorités australiennes ont enlevé des enfants à leurs parents. Pire encore, un article publié par wakeup-world.com déclare qu’aujourd’hui « le gouvernement prend plus d’enfants de familles [noires] que jamais auparavant ». Entre 1901 et 1969, une loi oblige les enfants métis à être élevés parmi des institutions blanches. Les enfants vont être arrachés de force à leur famille, placés dans des orphelinats ou des centres sociaux, pour être éduqués à l’européenne.

aborigènes

 

7. La dernière tentative de génocide date de 2007

En 2007, la publication d’un soit disant rapport concernant les abus sexuels et les violences perpétrées au sein des communautés aborigènes du territoire Nord a provoqué une énorme controverse. La réponse du gouvernement a été de lancer “l’intervention d’urgence nationale en territoire du Nord” la même année.  Une intervention militaro-policière au sein même des communautés aborigènes. Bon nombre des mesures contenues dans ce programme, telles que la suppression du droit des communautés aborigènes à contrôler l’accès sur leurs terres ou la suppression de l’aide sociale aux familles démunies, ont provoqué beaucoup de ressentiments parmi les Aborigènes. Beaucoup d’entre eux ont dénoncé cette intervention comme une « usurpation » par le gouvernement et les compagnies minières.

Cette “intervention” du gouvernement déclencha une vague de suicides et de dépressions parmi les communauté aborigènes. Un article publié par The Sydney Morning Herald en 2014 confirme que les politiques gouvernementales ont fait doubler le taux de suicide des Autochtones depuis le début de l ‘«intervention» en 2007. Pourtant, le gouvernement a accepté de mener l’intervention pour 10 autres années.

aborigènes

A LIRE AUSSI >> L’Australie rend ses terres aux Aborigènes Larrakia

Aime regarder le monde sous un autre angle et constater que l’univers est un vaste terrain de jeu. “Les hommes doués intellectuellement savent qu'il n'y a pas de différence nette entre le réel et l'irréel, que les choses ne nous apparaissent qu'à travers la délicate synthèse physique et mentale qui s'opère subjectivement en chacun de nous.”HPL