/Avons-nous les leaders que nous méritons ?

Avons-nous les leaders que nous méritons ?

Christian Kamtchueng, fondateur d’Afrisia et auteur du manifeste de la Raison Objective, nous parle de nos leaders et de leur gestion du leadership. Avons-nous les leaders que nous méritons ? L’entrepreneur nous donne sa vision…

 

Lettre ouverte d’un entrepreneur de retour en France

Avant de parler de “communauté”, il est important de remettre en cause son existence. Une communauté peut se définir par un ensemble de valeurs. Il faut percevoir celle-ci comme une dynamique et non un état. Par ailleurs, il est assez dur de faire ce constat désolant, mais celui-ci s’avère nécessaire pour agir contre cet état de déni plutôt que de se fourvoyer dans une illusion : Nous avons les leaders que nous méritons ! J’insiste sur ce point. Nous devons mettre en avant les leaders constructeurs capables de fédérer. Mais alors, qu’est-ce qu’un leader constructeur ? Comment construire une communauté organisée ?

Par ailleurs, parler d’organisation semble inadaptée dans la mesure où une communauté non organisée n’est ni plus ni moins qu’un rassemblement, un attroupement sans but intrinsèque.  J’ai maintes fois posé le problème…

 

Construction et objectif d’une Communauté

 

 

a) Une communauté se crée à travers une synergie et la fédération autour d’une vision

b) Une communauté en construction se doit d’être tirée par des leaders dépourvus d’ego. Les courants se créeront après la construction

c) Une communauté en construction doit déterminer ses leaders et non pas subir « passivement » son émancipation. Elle doit être le soutien actif de ces derniers et ne pas attendre pas la validation d’autres communautés pour reconnaître et valoriser ses étoiles

d) Un leader constructeur doit être capable de saluer le leadership et les actions positives de ses confrères. Dans la construction, la fédération créatrice doit l’emporter sur les divergences de manière ; les tendances et courants se construiront après.

Concernant le point d), il est impératif de donner la lumière à toute initiative fédératrice, il est du devoir du leader Constructeur d’arroser toute graine de développement.

Les leaders constructeurs et les entrepreneurs sont la base de la construction de la communauté. Les leaders constructeurs sont capables de canaliser l’énergie d’une communauté en construction non juste dans l’exemple et l’intégrité mais aussi dans l’entrepreneuriat et la solidarité. Nous devons soutenir cette construction via ses leaders fédérateurs identifiés mais aussi via les entrepreneurs de la communauté.

Où vous situez-vous dans cette image ? Où sont vos leaders ou ceux que vous considérez comme tels ? Quelle communauté voulez-vous pour les générations futures ? Si vous voulez reconnaître un leader constructeur, il sera celui qui n’hésite pas à mettre l’autre en lumière, celui qui accepte de s’assoir avec d’autres leaders pour débattre d’une vision commune à savoir les fondations d’une communauté.

Le sujet loin d’être anodin est essentiel ! Nous devons mettre en avant non seulement nos leaders constructeurs mais surtout l’excellence de la communauté. Je pense notamment à une ministre qui n’a pas hésité à mettre sa réputation et sa popularité en jeu pour servir son pays. Elle n’a renié ses idées ni ses combats passés mais a dû arrondir les angles, adoptant une posture qu’elle aurait sûrement combattu des années auparavant. Une fois sa mission gouvernementale terminée, elle n’était plus que l’ombre d’elle-même. Qu’a fait-elle du peu de lumière qui lui restait ? Pourquoi ne pas avoir mis en exergue sa version de l’excellence, certains de ses protégés ou encore ces jeunes qu’elle prétend trouver remarquables ?

De même, prenons l’exemple de cette journaliste injustement mise de côté après avoir été sélectionnée au mérite dans une mission gouvernementale. Bien que poussée vers la sortie, ne pouvait-elle pas souffler à l’oreille de la présidente de la commission, un nom de successeur moins controversé ? C’est la controverse et son engagement qui a fait la particularité de cette dernière, alors pourquoi ne pas tenter de « placer » un de ses acolytes moins en vue ?

Je ne juge pas, ni n’attaque… le but étant avant tout de s’ouvrir à d’autres méthodes d’interaction et d’actions car le constat est là ! J’ai quitté la France il y a 10 ans… Je serais ravi de voir cette table ronde avec des leaders constructeurs, même si l’essentiel reste à faire.

Nous sommes responsables de notre destin, ne nous enfermons pas dans des clans sans avoir au préalable construit l’unité : qui était présents lors des manifestations concernant l’agression sexuelle du jeune Caïs survenue dans une école primaire à Montreuil, l’année dernière ?

Deux entrepreneurs sont récemment passés par le dépôt de bilan avec des projets fédérateurs; les deux portaient sur l’éducation et la valorisation de réalisation. Il s’agissait pourtant de piliers fondateurs de la communauté. L’une (*) était gérante d’une librairie /espace de networking. L’autre (**) fondateur d’une plateforme, relais de valorisation de la production audiovisuelle communautaire, autre vecteur fort. Les deux ont connu des difficultés qui nécessitaient de la structuration mais aussi une conscience collective prête à écouter leur appel.

Il y a eu communication de part et d’autre mais sans réelle prise de conscience. Il est vrai qu’il est dur pour l’ego de demander de l’aide mais il devrait être naturel de le faire quand votre portée est collective. Il aurait été bon d’avoir un ThinkTank ou AchieveTank (***) auquel s’adresser pour avoir un panel de réponses en terme de vecteurs de communication, face à la situation donnée. Rappelons que l’idée n’est pas de se replier sur soi mais de fonder des lieux attractifs permettant les synergies constructives de s’enclencher.

Il est aussi bon de rappeler que l’ego est un des pires ennemis de l’entrepreneur. Vos initiatives, vos idées ne vous appartiennent pas, elles ne sont pas là pour combler un vide personnel ou résoudre des problèmes existentiels liés à votre personne mais pour servir vos clients. Il ne s’agit plus de vous, il faut être prêt en qualité d’entrepreneur de la construction, à léguer votre expertise à la communauté. C’est essentiel et c’est la grosse différence entre community developpement et community management. Le premier est dans la création d’un espace d’interaction et d’écoute qui sera la propriété de la communauté, l’autre est destinée à l’animation d’une communauté déjà existante.

 

 

Il est temps de créer des synergies autour de ces entrepreneurs et leaders constructeurs. Il est bon de s’ouvrir à l’accompagnement et de construire des ThinkTanks ou AchieveTanks capables de soutenir les ambitions de construction. Faisons la promotion de l’excellence en commençant par la visibilité. Cela a été ma première révolte : ne pas laisser ces valeureux entrepreneurs sans visibilité !

Connaissez-vous des entrepreneurs ou établissements qui partagent vos valeurs ? Que faites vous pour leur donner de la visibilité ? Seriez-vous prêt à leur donner de la visibilité ? Connaissez-vous tous les établissements qui partagent vos valeurs ? Connaissez-vous des personnes excellentes et intègres ? La libération de nos valeurs passe par une conscience collective.

Martin Luther n’a pas été tué à cause de son rêve mais parce qu’il avait fini par plaider pour une consommation communautaire consciente, posture constructive.

(*) Lis thés ratures

(**) Afrostream

(***) Le AchieveTank est un groupe de penseur, créatif dans l’action.

 

Christian Kamtchueng

Fondateur d’Afrisia