/Bessie Stringfield, la motarde de Miami

Bessie Stringfield, la motarde de Miami

Elle symbolise ce qu’on appelle le « carefree black girl » à elle seule. La motarde Bessie Stringfield était une femme noire libre dans une Amérique ségrégationniste et appauvrie par la Grande dépression. À huit reprises, cette icône, quasi inconnue en France, a fait le tour des États-Unis, seule à moto. Découvrez son histoire passionnante.

Son nom ne vous dit peut-être rien mais elle est la premiere femme noire à avoir traversé l’Amérique raciste à moto. Bessie Stringfield est née au début du 20e siècle en Caroline du Nord. À 16 ans, elle fait le choix de quitter son domicile familiale et d’apprendre toute seule à conduire une moto. Son tout premier engin sera une Indian Scout 1928. Dès les années 1930, alors âgée de 19 ans, la jeune motarde commence à voyagé à travers les états-Unis. Selon sa biographe Ann Ferrar, elle tirait à pile ou face sur la carte des états-Unis pour choisir le lieu où elle se rendrait.

Bessie Strinfield alias la motarde de Miami a effectuer le tour des USA à huit reprises.
Bessie Stringfield posant à moto à Miami

« Quand je monte sur ma moto, je mets l’homme là-haut à l’avant, a-t-elle déclaré à Ferrar, en faisant référence à Dieu. Je suis très heureuse sur deux roues. ».

Les voyages furent pourtant difficiles pour Bessie Stringfield. Dans une Amérique raciste et affaiblie par la période de la Grande Dépression, cette motarde atypique n’était pas la bienvenue sur les routes américaines. Les motels lui refusaient l’entrée parce que noire. Pendant ses trajets, elle se retrouvait souvent à dormir sur sa moto dans stations services ou séjournait plus rarement dans quelques familles noires bienveillante qu’elle avait rencontrés sur le chemin. En ces temps, l’American Motorcycle Association n’accueillait aucun membre noir et ce jusqu’en 1950… Pendant la seconde guerre mondiale, Bessie Stringfiel rejoint l’armée en tant que motarde accomplie. Sa principale mission : transporter des plis confidentiels entre différentes babes américaines. Elle fut la seule femme de son unité.

Voir aussi : https://byusmedia.fr/althea-gibson-championne-tennis/

Journaliste société et accessoirement directrice du pôle audiovisuel à ByUs Media. Autodidacte et engagée quand elle s'y met. Aime l'idée de pouvoir impacter des personnes à travers le monde rien qu'en écrivant ou en filmant.« En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire.» G. Orwell