Non classé

Pourquoi un BLACK LIVES MATTER France ?

Initialement créée aux États-Unis en 2012 par Patrisse Cullors, Opal Tometi et Alicia Garza, suite au meurtre du jeune afro-américain Trayvon Martin, 17 ans, et à l’acquittement de son assassin George Zimmerman, BLACK LIVES MATTER est une organisation qui a pour but de combattre le racisme anti-Noir à l’aide d’échanges au sein de la communauté et de mouvements sociaux tels que des rassemblements ou encore des marches pacifistes. Son but principal est d’obtenir « Liberté et Justice pour l’ensemble de la communauté noire », comme l’indique leur slogan « Freedom & Justice for all Black Lives ». BLACK LIVES MATTER insiste sur le fait qu’il s’agit d’un mouvement et non d’un moment : « This is Not a Moment, but a Movement. »

Lire aussi >> : Scandale : la plus grosse page Facebook “Black Lives Matter” est une escroquerie !

Suite aux récents événements mettant en évidence des violences policières à l’égard de membres de la communauté noire où qu’elle se trouve, une vingtaine d’associations, collectifs et organisations noires ont décidé de s’unir et de créer la déclinaison française du BLACK LIVES MATTER, nommée BLACK LIVES MATTER France (BLM France) :

– Afrocentricity International
– Apprends Moi à comprendre
– Brigade Anti-Négrophobie
– Collectif A.U.S.A.R
– Collectif Cases Rebelles
– Institut Africamaat
– Ferguson in Paris
– Jeunesse Conscient Kongolaise
– La structure Ode à L’Ethnic
– Le CRI-Panafricain
– M-UDC
– Mwasi-Collectif Afroféministe
– Nation of Islam France
– Résistants Combattants Kongolais
– UHURU France
– Vies Volées

Parmi ces violences policières, on compte notamment, l’affaire ADAMA TRAORÉ qui est toujours en attente de vérité et de justice, ou encore la politique de « Shoot first, ask questions later », en français « tirer d’abord, poser des questions ensuite », appliquée par les forces de l’ordre brésiliennes selon Amnesty International (ONG en faveur du respect des droits de l’Homme).

BLM-ParisBlackLivesMatter-France

Le Samedi 23 juillet 2016, BLM France a organisé sa première marche, symbole de sa guerre contre la négrophobie, qui devait débuter à Gare du Nord pour s’achever à l’Ambassade des États-Unis, « pays où les crimes policiers négrophobes sont les plus médiatisés. » Malgré l’autorisation écrite de la Préfecture de Paris, cette dernière s’est transformée en rassemblement au niveau du point de départ, en raison d’un blocus mis en place par les forces de l’ordre locales. Ce premier mouvement de terrain a, néanmoins, réuni près de 500 personnes concernées par ce fléau mondial qu’est la négrophobie.

Lire aussi >> Le site du mouvement Black Lives Matters ciblé par plus d’une centaine d’attaques cyber en 2016…

Cependant, d’aucuns interrogent sur le bien-fondé de la France à se réapproprier ce  mouvement social à dimension ethnique, au vu des différences historiques et culturelles visibles entre les États-Unis et l’Hexagone. Si un BLACK LIVES MATTER France est légitime, quels sont les moyens de communication et de fidélisation les mieux adaptés mis en place pour créer une réelle communauté fédérée au sein de ce mouvement ? quelle valeur ajoutée la France peut-elle représenter pour le BLACK LIVES MATTER ?

Affaire à suivre…

Herbby H. Pour ByUs Media

Afficher les commentairesFermer les Commentaires

Laisser un commentaire