/« Brown skin girl », un hymne pour les petites filles noires

« Brown skin girl », un hymne pour les petites filles noires

Dans la continuité de la sortie du dernier film de Disney, Le Roi Lion, Beyonce a réalisé et produit The Lion King : The Gift, une compilation de plusieurs titres inspirés par le film sorti en salle le 16 juillet dernier.

Le titre « Brown skin girl » s’est démarqué et est devenu un hymne pour les petites filles noires, sur les réseaux sociaux.

La 15e piste de l’album a tout de suite attiré l’attention en raison de son titre accrocheur ainsi que des featurings annoncés. En effet, Beyonce a choisi d’y inviter le rappeur SAINt JHN, la pop star nigériane WizKid et sa fille Blue Ivy. L’introduction du morceau est chantonnée par Blue Ivy qui aurait elle-même écrit les paroles. Cette douce mélodie encourage les jeunes filles noires à s’aimer et à aimer leur couleur de peau dans cette société où elles passent au second plan, en terme de représentation et d’appréciation.

Le terme « brown skin » fait ici référence aux différentes teintes de peaux noires existantes. Dans un de ses couplets, Beyonce fait référence à toutes ces femmes noires qu’elle admire pour être parvenue à se mettre en avant et réussir dans leur domaines, en dépit du colorisme qui sévit, entre autres, dans cet univers. Parmi elles, Naomie Campbell, Lupita Nyong’o et Kelly Rowland. Dans l’industrie de l’entertainment, le fait d’avoir un teint dit « light-skin » (peau claire en français) est souvent considéré comme un privilège dont profite le peu de femmes noires célèbres.

Un exemple récent : celui du chanteur canadien Tory Lanez. Durant le tournage d’un de ces clips, l’équipe de tournage a remplacé une figurante principale noire par une figurante claire de peau lors d’une scène où celle-ci apparaissait aux côtés du chanteur. Le chanteur a alors choisi d’arrêter le tournage pour replacer la première figurante.

Dans Brown Skin Girl, Beyonce a choisi de mettre en avant un autre type de femmes noires sous-représentées et évincées. Ce parti pris transparaît à travers divers exemples que Beyonce cite dans ses couplets valorisant les femmes « brown skin ». Elle y aborde notamment le sujet des cheveux nappy (nappy hair), de l’acceptation et de la confiance en soi.

La caption « Same skin that was over be the same skin takin over » a particulièrement fait écho. Cette phrase fait allusion à des faits historiques comme les violences perpétrées à l’encontre des personnes noires depuis l’esclavage, leur rayonnement et appréciation d’eux-mêmes en perpétuel progrès. Beyonce souhaite ainsi donner espoir et rendre hommage à cette couleur de peau stigmatisée et dépréciée.

À lire aussi: Brianna Collins, la journaliste qui a osé porter ses cheveux naturels à la Télévision.

Blue Ivy, l’aînée des enfants de Beyonce, intervient au début et à la fin de Brown Skin Girl. En effet, dès sa naissance, la fillette a subi énormément de critiques liées à sa couleur de peau « brown » et à ses traits négroïdes. La voix de cette enfant, victime du colorisme à un si jeune âge, est une vraie une bouffée d’air frais, elle est la représentation de ces petites filles noires qui s’approprient dores et déjà la chanson sur les réseaux sociaux, au travers du hashtag #BROWNSKINGIRLCHALLENGE.

Rehana Ashraf Himid