Connaître ses origines par l’ADN : quelles analyses faire, que faire des réponses?

De nombreux laboratoires proposent une analyse de votre ADN visant à retrouver l’origine de votre lignée maternelle et paternelle.

Concernant les États-Unis, les services African Ancestry, EthnoAncestry, 23andMe, Family Tree DNA, Gene Tree, DNA Tribes ou encore Warrior Roots, sont très sollicités par les Afro-américains qui veulent en savoir plus sur leurs origines et le parcours de leurs ancêtres africains. La France, elle, est l’un des seuls pays au monde qui interdit à ses laboratoires d’analyser l’ADN de personnes à la recherche d’informations sur leurs origines ethniques. C’est pourquoi tous les grands laboratoires de tests génétiques se trouvent aux États-Unis ou en Allemagne.

adn

En général, l’analyse d’ADN se fait soit par la salive, soit par les cellules de la muqueuse buccale. Actuellement, tous les grands laboratoires publient les résultats dans un compte personnel sécurisé sur Internet. Une base de données permet de voir si des cousins inconnus partagent une partie de leur ADN avec vous.

Ces résultats sont-ils vraiment fiables?

Trois types d’analyse peuvent être réalisées à partir d’un échantillon d’ADN prélevé sur un homme :

Une analyse d’ADN mitochondrial : cet ADN mitochondrial provient de notre mère dont l’ADN provient également de sa mère. Par lui, on peut remonter la piste de notre plus lointain ancêtre féminin – Cela passe toujours par les mères. On ne remonte donc qu’un tout petit rameau qui nous mène vers l’origine de notre lignée matrilinéaire.

Une analyse de l’ADN du chromosome Y : analyse possible uniquement dans le cas d’un prélèvement sur un individu masculin, puisque seuls les hommes sont porteurs du chromosome Y. On peut en théorie considérer que ce chromosome Y suit cette lignée patronymique.

Une analyse d’ADN autosomal : cette dernière étudie sur la totalité des 22 paires de chromosomes non sexués, les mutations connues que l’on attribue à telle ou telle population. À partir de ces mutations relevées, elle va vous indiquer votre origine génétique dans ses très grandes lignes.

Les laboratoires qui effectuent ces tests, oublient souvent de communiquer sur la marge d’erreur dans leurs calculs. Certains affirment même pouvoir trouver des liens de parentés avec des personnages célèbres comme Gengis Khan ou Chaka Zulu.

De plus, plus l’on remonte dans le temps, plus les ancêtres sont nombreux. En remontant notre arbre généalogique, on constate assez rapidement, arrivé à niveau, que nous avons plus d’ancêtres que de segments d’ADN. Eh oui, il existe certains de nos ancêtre dont nous n’avons hérité d’aucun ADN !
adnSur le plan génétique, la couverture mondiale des populations actuelles est encore imparfaite : elle favorise d’une part les populations des pays développés et d’autre part les populations dites « isolées », très étudiées en anthropologie.

En outre, les erreurs demeurent possibles : prélèvement mal fait, erreur d’étiquetage, de manipulation, contamination d’échantillons, non-respect des protocoles, matériel défectueux…Il faut donc bien se renseigner sur le laboratoires qui effectue les analyses.

Pour toutes ces raisons évoquée, ces analyses généalogiques sont insuffisantes pour établir un diagnostic solide et complet de nos origines.

Je descends de Chaka Zulu et après?

adnLe client d’un test génétique sur Internet reçoit un résultat sans interprétation médicale ni conseil de prise en charge. De fait, on prend ainsi le risque que ce dernier tire des conclusions qui n’ont aucune pertinence médicale ou anthropologique. Les chercheurs estiment que, dans la mesure où ils suggèrent un rapprochement entre origine géographique et origine ethnique, ces tests soulèvent plus généralement « toutes les questions relatives à l’identité de la personne, que la biologie doit prendre en compte dans sa définition !mais aussi par rapport aux implications qu’un tel marquage « ethnique » entraînerait au niveau social et politique ».En clair :« D’OÙ VIENS-JE ? QUI SUIS-JE ? OÙ VAIS-JE ? »

La vidéo qui suit peut ébranler certaines certitudes. Les volontaires ont accepté que leurs salives récoltées dans un tube à essai soient analysées. Objectif : réaliser des tests ADN définissant le spectre des origines géographiques de chacun.

À noter qu’avant de connaître les résultats, tous étaient particulièrement fiers de leurs origines connues et avaient plutôt tendance à dénigrer les autres populations. Puis les tests ont rendu leur verdict… Regardez plutôt :

Afficher les commentairesFermer les Commentaires

Laisser un commentaire