Disparition du président tanzanien John Magufuli

Le gouvernement tanzanien a annoncé la mort du président John Magufuli, survenue le mercredi 17 mars 2021. Officiellement décédé d’une crise cardiaque à l’âge de 61 ans, ce dernier est désormais la cible de l’opposition qui dénonce cette information « erronée », en affirmant que l’ex-président est en réalité décédé de la Covid 19.

Des milliers de personnes ont afflué au stade Jamahuri à Dodoma, la capitale politique de la Tanzanie, pour rendre un vibrant et émouvant hommage à l’ex-président tanzanien, John Magufuli, arrivé au pouvoir en 2015. Officiellement déclaré mort d’une maladie cardiaque, le « Corona-sceptique » comme il est surnommé avait interdit la publication des statistiques sur le nombre de morts et des nouveaux cas atteints du Coronavirus et avait déclaré la fin la maladie dans son pays.

Le président tanzanien John Magufuli, le 29 juillet 2020, à Lupaso, en Tanzanie
afp.com – STR

Lire aussi >> Covid-19 : l’Afrique devra attendre 2022 pour une vaccination totale

Lors de cette cérémonie funéraire étaient présents le chef d’État de la République Démocratique du Congo Félix Tshisekedi, le président sud-africain Cyril Ramaphosa, le président du Mozambique Filipe Nyusi, entre autres. Durant son oraison funèbre, ces derniers ont respectivement témoigné du combat panafricaniste que menait John Magufuli, notamment en promouvant la langue swahili et sa lutte contre la corruption.

Le président Félix Tshisekedi, par ailleurs président en exercice de l’Union africaine, a déclaré que la disparition du président tanzanien était « loin de n’affecter que le peuple tanzanien exclusivement. Sa disparition a suscité l’émoi de tout un continent qui se retrouve désormais orphélin d’un chef de l’État acquis à la cause de l’amélioration de la situation de son peuple ». Il a poursuivi en affirmant que « le président Magufuli était un combattant visionnaire, patriote et nationaliste épris de son pays et un panafricaniste engagé; grand défenseur de l’indépendance économique africaine, désireux de matérialiser cette vision de nos pères fondateurs ».

D’autres chefs d’États, également présents, ont renchéri sur cette déclaration du président Tshisekedi. C’est le cas du président du Mozambique qui a estimé que « l’ancien président restera dans le cœur de beaucoup ». Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a quant à lui indiqué que« c’était un guerrier contre la corruption, qu’il travaillait pour son peuple et un véritable panafricaniste ».

Des Tanzaniens assistent à l’hommage funéraire au président défunt John Magufuli au stade Uhuru à Dar es Salaam, le 20 mars 2021. © Stringer / AFP

Tous ces hommages rendus au président John Magufuli ne lui ont pas épargné les critiques de l’opposition notamment du principal opposant, Tundu Lissu (exilé à Bruxelles depuis la dernière présidentielle), au sujet de sa gestion de la crise du Coronavirus. L’ancienne- vice présidente Samia Suluhi qui a décrété un deuil national de 21 jours assurera l’intérim jusqu’en 2025 comme le prévoit la constitution. L’enterrement est prévu ce vendredi 26 mars à Chato, sa ville natale.

Afficher les commentairesFermer les Commentaires

Laisser un commentaire