/La CAN des Banlieues, un véritable phénomène !

La CAN des Banlieues, un véritable phénomène !

À l’approche de la Coupe d’Afrique des Nations 2019 qui se tiendra prochainement en Égypte, les rivalités entre les différents pays en lice sont palpables. Y-a-t’il un milieu plus propice à la cristallisation de celles-ci que nos banlieues, qui attendent cette compétition avec impatience ?

Entre “chambrages” et provocations, les jeunes ne tiennent plus et veulent en découdre. Loin de toute violence (hé hé dommage !), c’est sur le terrain que le pays vainqueur sera désigné. Et c’est donc au stade Jean-Louis Moulin d’Evry que la CAN Epinetzo verra s’affronter les meilleurs joueurs de nos banlieues.

La petite soeur de la Coupe d’Afrique des nations en banlieue parisienne. | AFP.

14 équipes s’affronteront lors de cette compétition. Bien sûr, les grandes nations participant à la CAN en Égypte sont représentées dont : l’Algérie, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Maroc ou encore le Sénégal. L’organisation de la CAN des Banlieues ne s’est pas arrêtée là ! Elle a innové en proposant à d’autres communautés de participer, à l’image des Comores, ou des équipes du reste du monde. Par ailleurs, deux autres équipes représentant les DOM-TOM (Martinique et Guadeloupe) ont été intégrées au tournoi.

La petite soeur de la Coupe d’Afrique des nations en banlieue parisienne. | AFP.

L’engouement pour cette compétition a réellement explosé lorsque le footballeur international français Karim Benzema a encouragé les Algériens. Dans la foulée, d’autres stars du football ont pris position pour leurs pays d’origine, à l’instar de Didier Drogba, Yacine Brahimi ou encore Benjamin Mendy.  Le rappeur Niska, originaire d’Evry, a quant à lui, décidé de prendre part à la bonne organisation du tournoi, notamment en fournissant les maillots des équipes, siglés de sa marque.

La communication et les nouvelles technologies ont réellement été un élément essentiel du succès de la compétition, des réseaux sociaux dédiés à la CAN des Banlieues ayant été créés pour l’occasion. Ceux-ci permettent de relayer les informations sur les horaires ainsi que le déroulements des matchs, partageant même des vidéos des moments forts de la journée : un vrai travail de pro !

Au final, ce n’est que le score qui désignera le/la meilleur.e pays/équipe ! Cela donne lieu à des rencontres intenses, où les décisions des arbitres sont régulièrement contestées. Néanmoins cette fois, des centaines de caméras ont été installées autour et parfois même sur le terrain. Une situation litigieuse permet ainsi aux caméramans en herbe de fournir aux arbitres un réel système de VAR (Assistance Vidéo à l’Arbitrage) qui, tout comme dans le monde professionnel, n’est pas toujours d’une grande aide.

Lire aussi : Échauffourées à Levallois suite à une bavure policière

@ajisaulnay

La popularisation de la CAN Epinetzo a incité de nombreux quartiers d’Ile-de-France (et même à Lyon) à organiser leurs propres compétitions. Afin de mettre toutes les chances de leur côté, plusieurs communautés ont fait appel à des joueurs de haut niveau, certains évoluant même en professionnel, tels que le Congolais M’pia Mapuku, joueur de Ligue 1 bulgare, qui a accepté de participer à la CAN de Créteil. C’est le 2 juin, que s’est tenue la dernière journée de compétition du côté d’Aulnay-sous-bois et de Créteil. La Mauritanie n’a rien pu faire face au Mali, lors de la finale de la CAN des 3000. À noter que la diaspora malienne s’est déplacée en nombre pour soutenir son équipe, non sans une magnifique ambiance.

https://twitter.com/SamDiamantaire/status/1135290123879424002

Pour ce qui est du Val-de-Marne, le Maroc a remporté, vendredi 31 mai, sa demie-finale face à l‘Algérie, au terme d’une séance de tirs aux buts disputée dans une ambiance de folie. La finale tant attendue opposant le Maroc et la Tunisie s’est tenue le dimanche 2 juin à 19h, au stade Duvauchelle de Créteil. Survoltés les Marocains ont triomphé 9-4, nous offrant de superbes images de célébrations.

src= »https://platform.twitter.com/widgets.js » charset= »utf-8″>

Et tandis que les banlieues se parent de leurs drapeaux, des jeunes de Bondy ont organisé une superbe rencontre entre le FC Musulmans et l’AS Chrétiens. Dans une ambiance “endiablée” et chambreuse, ce sont les Musulmans qui ont pris l’avantage en début de match, menant rapidement 2-0. Les Chrétiens ont su réagir et sont repassés devant 3-2 avant de sombrer 5-3, face à des Musulmans portés par le Ramadan. Malgré un sursaut d’orgueil, les Chrétiens qui ont tenté de résister, se sont finalement inclinés devant la domination musulmane (ah l’islamisation dans les banlieues un véritable fléau lol).

Que ce soit à Créteil, Trappes, Levallois ou même Lyon, les quartiers ont suivi l’exemple d’Evry et ont organisé avec brio leur propre compétition. D’autres se sont livrés à des rencontres animées par des “chambrages” entre amis d’enfance qui n’ont de différence que leur religion. En définitive, ces événements qui ont permis de rassembler les communautés, sont une nouvelle preuve de l’esprit de fraternité qui subsistent dans nos banlieues.

César Perez de Carvassal pour BY US MEDIA