L’accusatrice d’Emmett Till admet avoir menti au procès

La femme blanche au centre de l’affaire Emmett Till a admis avoir menti, conduisant au meurtre du jeune Afro-américain, alors âgé de 14 ans, survenu en août 1955.

 

“Rien de ce garçon a fait ne pourra jamais justifier ce qui lui est arrivé” affirme désormais Carolyn Bryant Donham, citée dans «The Blood of Emmett Till», de l’historien Timothy Tyson.

Pour rappel, Emmett Till avait été enlevé, battu, traîné à terre, en ayant au passage les yeux arrachés, puis jeté dans la rivière boueuse du Tallahatchie dans la nuit du 28 août 1955, soit quatre jours après qu’il ait soi-disant sifflé  Carolyn Bryant, l’épouse d’un commerçant blanc du Mississipi.

Le mari de Carolyn Bryant, Roy Bryant, et son demi-frère, JW Miliam, avaient été accusés du meurtre de l’adolescent, dont le corps mutilé avait été retrouvé dans la rivière.

La mère d’Emmett Till avait, à l’époque, insisté pour que les  funérailles soient accessibles à tous, laissant apparaître le visage défiguré de l’adolescent dans son cercueil resté ouvert, provoquant ainsi une montée en flèche des manifestations à travers le pays et débouchant sur le mouvement des droits civils.

Au procès, Carolyn Bryant avait livré un témoignage des plus explosifs, affirmant que Till l’avait saisie et menacée à l’intérieur du magasin de son mari. Elle avait expliqué que le jeune garçon avait utilisé un langage familier et inapproprié envers une femme blanche.

“J’ai eu peur de mourir” avait ajouté Madame Bryant à la barre, bien que cela n’ait pas été retenu par le jury qui estima que cela n’était pas un motif pertinent.

 

Malgré les falsifications de preuves, Roy Bryant et J.W. Miliam avaient été acquittés par un jury dont les membres étaient entièrement constitués de Blancs. Carolyn Bryant quant à elle, ne donna plus signe de vie dans les années qui suivirent le procès. Elle divorça, se remaria deux fois, et n’accorda aucune interview.

Ce n’est qu’en 2007 que cette dernière accepte enfin de se confier à l’historien Timothy Tyson. Carolyn Bryant Donham, alors âgée de 72 ans, admet avoir menti lors du procès, concernant les avances verbales et agressions physiques qu’aurait eu Till à son encontre.

 

« Cette partie est pas vrai ! », avoue-elle dans le livre de Tyson, rapporte Vanity Fair.

Carolyn Bryant Donham indique également qu’elle ne parvient pas à se rappeler le reste de ce qui est arrivé dans la boutique, la nuit où Till est entré, précisant ressentir « une profonde douleur » pour Till la mère d’Emmett, Mamie Till-Mobley, décédée en 2003.

L’enquête est réouverte l’année suivante, mais le grand jury refuse de mettre en accusation Donham, en raison du fait que certains témoins avaient confirmé ses dires.

 

Afficher les commentairesFermer les Commentaires

Laisser un commentaire