/Oui, le Black Love existe toujours !

Oui, le Black Love existe toujours !

Le Black Love existe-t-il toujours ? ByUs Media a choisi de se pencher sur la question du Black Love, thème abordé dans notre émission Le Salon du 14 février dernier animée par notre journaliste Esther.

On entend souvent dire que les Noir.e.s ont cette facilité de se mettre en couple avec un.e partenaire non noir.e. Ne serions-nous pas en train de confondre les “habitudes” de femmes et d’hommes noirs célèbres avec celles de femmes et d’hommes noirs ordinaires ? Et admettons qu’il s’agisse d’une généralité : qu’en est-il du  « Black Love » ? Existe-t-il toujours ?


Harry Roselmack et son épouse, Chrislaine, aux NRJ Music Awards 2012

Bien sûr, nous avons ces contre-exemples que sont Barack et Michelle, Denzel et Pauletta Washington, Beyoncé et Jay-Z, Sterling K. Brown et Ryan Michelle Bathe chez les Afro-américains, Samuel et Georgette Eto’o, Harry et Chrislaine Roselmack ou encore Lilian Thuram et Kareen Guiock, du côté des Français. Néanmoins, en dehors de ces quelques couples afros que l’on aime à féliciter comme s’ils avaient réalisé un exploit, il faut avouer que nous sommes loin d’être surpris lorsque nous apprenons que telle ou telle célébrité afro est en couple mixte.

Tout sauf une femme noire ?

Ne nous le cachons pas, nous sommes nombreux à déplorer le fait que beaucoup d’hommes noirs célèbres aient un goût particulier pour les femmes non-noires, pas forcément blanches, non plus ! Certains se « dédouanent » en jouant sur l’ambigüité en datant des femmes du genre Amber Rose dont l’appartenance physique, en raison de ses multiples origines (Cap-vert, Irlande, Italie), fait qu’on s’imagine souvent qu’il s’agit d’une caucasienne. Certains objecteront : “non mais Amber, elle a du sang noir donc elle est noire !”… La fameuse “Règle de l’Unique goutte de sang noir” (One Drop Rule en anglais), principe social et juridique de la classification raciale historique aux États-Unis, affirmant que toute personne ayant même un seul ancêtre d’ascendance africaine sub-saharienne (une goutte de sang noire) est considérée comme noire… ok, ok !

Mais cela va encore beaucoup plus loin chez certains hommes noirs qui affirment sans ciller qu’il est hors de question pour eux de sortir avec des femmes noires, un discours malheureusement répandu chez de nombreux jeunes issus de la diaspora. Nous nous rappelons encore du tristement célèbre hashtag #ToutSaufUneFemmeNoire lancé par de jeunes hommes noirs en 2016 et qui a fait fureur sur Twitter…

Il n’est plus à démontrer que l’amour revêt plusieurs nombreuses formes et nuances. Pour ceux (les hommes noirs) dont les préférences iraient vers les femmes autres que noires, il paraît important de leur signifier que cela ne les autorise en aucun cas à rabaisser les femmes noires ni à leur manquer de respect. Et le faire dans un contexte où la sexualisation et la fétichisation de femmes “exotiques”, entre autres par les femmes blanches qui, paradoxalement, convoitent leurs traits et particularités physiques, tout en les méprisant, est d’autant plus inadmissible.

Avec de tels comportements, il n’est pas étonnant que la notion du Black Love soit remise en question. Cependant, malgré ce que les médias mainstream continuent de promouvoir, notamment sur les réseaux sociaux, tous les hommes noirs ne soutiennent pas cette façon de penser. En réalité, la majorité d’entre eux ne le font pas !

Le Black Love existe toujours !

Selon l’analyse de l’American Community Survey 2014-2015 édité par le *Pew Research Center basé à Washington,  24% des hommes noirs étaient susceptibles d’avoir un conjoint d’une race différente. Les recherches effectuées en 2011 par deux chercheurs afro-américains ont confirmé ces chiffres et ont permis de mieux comprendre de tels préjugés.


Les professeurs adjoints Ivory Toldson, docteur en philosophie de l’Université Howard et Bryant Marks, docteur en philosophie de l’université Morehouse College, ont tous deux contesté ce qu’ils qualifient de « mythes culturels » et les données du recensement ont prouvé que, contrairement aux idées préconçues, la majorité des hommes noirs épousaient principalement des femmes noires. 85% des hommes noirs ayant un diplôme universitaire, épousent une femme noire . Toldson et Marks ont ensuite indiqué que concernant les hommes noirs dont le revenu était supérieur à 100 000 dollars, 83% d’entre eux avaient une femme noire.

Lire aussi >> Common: « Il est important que les femmes noires entendent combien les hommes noirs les aiment »

Comme vu précédemment, les personnalités afro (sportifs, artistes) mariés à des femmes non noires ont contribué à véhiculer cette idée que les hommes noirs n’épousent plus les femmes noires, probablement sans s’en rendre compte. Néanmoins, les statistiques réalisées récemment mettent à mal cette légende. Le Black Love n’est pas prêt de s’éteindre, et, à en juger par les chiffres mentionnés plus haut, les hommes noirs contribuent à cela. Certes, autrefois, le mariage était une expérience que les femmes et les hommes noirs déporté.es aux États-Unis ne pouvaient vivre librement en raison de leur condition d’esclaves, mais aujourd’hui, l’union qu’ils partagent est un acte d’amour et un engagement inconditionnel, (d’aucuns parleront d’acte militant).

La société occidentale dans laquelle nombreux parmi nous évoluent, semble tout mettre en œuvre pour occulter cette réalité en prônant de manière quasi-ininterrompue les vertus du métissage et de la mixité qui seraient le moyen de lutter contre les préjugés raciaux. Il nous appartient donc de ne pas faire l’impasse sur les exemples de notre vie quotidienne qui prouve que le Black Love est bel et bien réel, voire en plein essor.

*Le Pew Research Center est un centre de recherche américain qui fournit des statistiques et des informations sociales sous forme de démographie, sondage d’opinion, analyse de contenu

Ryan Michelle Bathe féclicite son mari Sterling K. Brown
aux 2018 SAG Awards

Avec Madame Noire