Seid Visin, ancien espoir de L’AC Milan, s’est suicidé à l’âge de 20 ans

Seid Visin, ex-espoir du Milan Ac s’est suicidé à l’âge de 20 ans. Une disparition qui a suscité une vague d’émotion en Italie.

Seid Visin, ancien espoir de l’AC Milan, s’est donné la mort à l’âge de 20 ans ce vendredi 4 juin 2021. Le club de Lombardie est en deuil. « Il n’y a pas de mots justes pour dire adieu à un jeune homme de 20 ans : nos pensées vont à Seid Visin, à sa famille et à ceux qui l’ont aimé » a indiqué le centre de formation de l’AC Milan. 


Né en Éthiopie en 2000, Seid Visin est rapidement adopté par un couple d’Italien vivant dans la région de Naples. Cependant, c’est dans le nord du pays que le jeune fera ces gammes aux côtés de Gianluigi Donnarumma, le gardien de l’équipe nationale italienne. 

« J’ai connu Seid en arrivant à Milan, a expliqué le gardien de 22 ans à l’agence de presse italienne Ansa. Nous vivions ensemble à l’internat. Des années sont passées, mais je ne peux pas et je ne veux pas oublier son sourire incroyable et sa joie de vivre. »

Gianluigi Donnarumma gardien de la sélection italienne à propos de la mort de Seid Visin
Seid Visin dans les couleurs de l’Ac Milan Photo: twitter Milan Ac


Seid passera ensuite par le club de Benevento sans réussir à s’imposer réellement. C’est ce qui le poussera à mettre un terme à sa carrière professionnelle pour se consacrer à ses études. 

Sa disparition a provoqué une vive vague d’émotion en Italie et dans le monde du football. D’autant plus qu’en 2019, le jeune Éthiopien avait partagé sur les réseaux sociaux son mal-être à propos du racisme qu’il subissait dans son pays d’accueil.


Le football italien gangréné par le racisme

Les footballeurs africains ou d’origine africaine font souvent l’objet de propos racistes pendant les matchs. Cris de singe, lancé de bananes ou banderoles insultantes, ces actions sont loin d’être anecdotiques. Les grandes instances de football réagissent, mais le chemin est encore long pour ce qui est de faire évoluer les mentalités.

Tribune des ultras de Lazio Rome
Photo: AFP / Federico Proietti


« Le seul moyen de stopper Lukaku, c’est de lui donner dix bananes à manger« ,

Luciano Passirani consultant sur la chaîne sportive Top Calcio 24



Le milieu du football s’est ouvert tardivement à la diversité. Les groupes de supporters de Série A sont gangrénés par des militants de droite et d’extrême droite. Finalement, le football italien ne serait-il pas à l’image de sa société où les idées extrêmes ont le vent en poupe ?

À lire aussi : Patrice Evra dénonce l’hypocrisie des grandes instances du football mondial

Afficher les commentairesFermer les Commentaires

Laisser un commentaire