/Serena Williams : « Les femmes noires meurent à l’accouchement par manque d’écoute »

Serena Williams : « Les femmes noires meurent à l’accouchement par manque d’écoute »

Serena Williams a fait son retour sur les courts de tennis il y a quelques jours, soit six mois après avoir souffert de complications terrifiantes lors de son accouchement durant lequel elle a failli mourir après avoir donné naissance à sa fille, Alexis Olympia Ohanian Jr, en septembre dernier.

 

La superstar du tennis parle également de la nécessité d’améliorer les soins de santé maternelle, en particulier pour les femmes noires.  

« Pour dire vrai , les médecins ne nous écoutent pas », a-t-elle indiqué à la BBC durant une interview, après un tournoi de tennis, lundi 5 mars dernier à New York, expliquant que les femmes noires étaient trois fois plus susceptibles que les femmes blanches de mourir pendant la grossesse ou l’accouchement, en raison du fait que de nombreux médecins ne prenaient pas au sérieux leur préoccupations de femmes noires. « Il serait peut-être temps que les femmes soient assez à l’aise pour aborder des conversations aussi inconfortables. »

La jeune maman a malheureusement été victime d’une embolie pulmonaire après son accouchement par césarienne. Parce qu’elle avait déjà eu des caillots de sang auparavant, l’athlète a su en détecter les symptômes pour ensuite alerter son médecin sur ce qui se passait, sachant précisément quels tests demander.

« J’ai été plutôt chanceuse dans mon cas, dans la mesure où je connais bien mon corps, et qui je suis, et j’ai dit au médecin : « Je ne me sens pas bien, quelque chose ne va pas. » Elle a immédiatement écouté « , reconnait Serena Williams.

En effet, le lendemain, après avoir accouché d’urgence par césarienne, Serena Williams s’est sentie essoufflée et s’est inquiétée de son embolie pulmonaire, une condition qui l’empêchait de poursuivre sa carrière depuis près d’un an. Serena a interpellé une infirmière, lui expliquant qu’elle avait besoin d’un scanner, mais celle-ci n’en pas tenu compte. La jeune femme a de nouveau sollicité un examen auprès son médecin qui l’a écoutée. Le scanner a trouvé plusieurs caillots sanguins dans ses poumons, ce qui aurait pu être mortel.

« Elle a été géniale. J’ai eu un excellent docteur. Malheureusement, beaucoup d’Afro-Américaines et de Noirs n’ont pas la même expérience que moi. « 

 

“Il y a beaucoup de préjugés, vraiment ! Cela persiste assurément. Et cela doit être pris en compte.”

 

Si la tenniswoman n’avait pas été à l’écoute de son corps comme elle l’a fait, en insistant auprès des médecins, elle ne serait peut-être plus là aujourd’hui.

« En raison de ce que j’ai vécu, j’ai conscience que cela aurait été vraiment compliqué si je n’avais pas eu les soins de santé dont j’ai pu bénéficier, et d’imaginer que toutes les autres femmes qui passent par là sans ces mêmes soins de santé, sans même une réponse, c’est bouleversant », déplore-t-elle. « Je pense qu’il y a beaucoup de préjugés, vraiment ! Cela persiste assurément. Et cela doit être pris en compte. »

Au delà d’une égalité flagrante pour ce qui est des soins de santé de qualité, de nombreuses femmes noires sont obligées de faire face à la fois aux préjugés inconscients et aux préjugés des médecins. Dans un rapport d’enquête sur la question, ProPublica et NPR ont recueilli 200 témoignages de femmes noires qui se sentaient dérespectées et dévalorisées par le personnel médical. Résultat ? La plupart des femmes noires ne se sentent pas à l’aise pour demander de l’aide, échanger avec leur médecin, ce qui fait que les soins qu’elles reçoivent ne répondent pas exactement à leurs besoins.

Selon Serena, le monde médical se doit d’agir de la même façon avec tous, en traitant les femmes noires avec respect :

« Je pense qu’il est important de parler haut et fort et de dire : » Non, ce n’est pas bien, traitez-moi de la même manière que vous traitez les autres »

Lors de l’émission tv ‘Entertainment Tonight’, Serena Williams a néanmoins confié vouloir un autre enfant, malgré les difficultés auxquelles elle a été confrontée lors de la naissance d’Olympia : « Je veux absolument deux enfants, si Dieu le veut… Mais pour l’heure, je veux reprendre le tennis. Donc, je vais attendre et voir ce qui se passe. « 

Serena Williams admet par ailleurs sa difficulté à conjuguer carrière professionnelle et  maternité.

« J’ai cette envie effrénée d’être la meilleure que je puisse être », a-t-elle conclu. « Que ce soit en tant que maman, quand je joue au tennis, ou même en tant que créatrice. Je veux juste faire du mieux que je peux. »

 

Lire aussi : Tamera Mowry-Hously : « Cessons de culpabiliser ces mères qui ne parviennent pas à maigrir rapidement après une grossesse »

 

Anti-complaisance, anti-dilettantisme, anti-procrastination, je milite pour l'Excellence, mais avant tout, pour le dépassement de soi ! Ma citation préférée : “Ce que d'autres ont réussi, on peut toujours le réussir.” À bon entendeur...