Tennis : le retrait de Naomi Osaka scandalise

Fragilisée par la proximité de la presse, la santé mentale de Naomi Osaka, en prend un coup. L’étoile montante du tennis se décrit comme étant de nature anxieuse. Et malgré les nombreuses menaces qui la visent, la championne a déclaré, dimanche 30 mai, vouloir se retirer du tournoi Roland Garros.

« […] Nous sommes désolés et tristes pour Naomi Osaka […] ». Voici les termes de Gilles Moretton, président de la Fédération Française du Tennis. Naomi Osaka, la numéro 2 mondiale, se retire du tournoi de tennis Roland Garros.

NAOMI OSAKA SE RETIRE DU TOURNOI

Le 8 septembre 2018, New York assiste à une finale exceptionnelle. Serena Williams la championne de tennis américaine accueille à domicile Naomi Osaka, joueuse de tennis japonaise. Rythmé par un arbitrage faisant l’objet de controverse, le jeu de Williams se voit pénalisé à plusieurs reprises et permet à Osaka de repérer ses faiblesses. Cette dernière, qui ne manque pas de techniques, contre plus d’une fois les services de son adversaire. Osaka remporte le match sur deux manches : 6-2, 6-4. Elle décroche le plus important et le premier titre du Grand Chelem de sa carrière. Sa victoire est aussitôt médiatisée et Naomi Osaka se retrouve très vite sous le feu des projecteurs.

Osaka et Williams en larmes au moment des trophées: US Open Dames / Le parisien

Cet évènement marque le début de sa lancée, elle n’a alors que 20 ans. S’ensuit de longues périodes de dépression pour cette professionnelle du tennis de nature introvertie en public. Un sourire discret, des gestes à la fois lents et hésitants. Il ne fait aucun doute que la jeune Osaka n’est pas attirée par la presse et les caméras. Pourtant, trois ans plus tard sa décision semble surprise. Pire, elle scandalise ! Mercredi 26 mai 2021, l’athlète annonce via le réseau social Twitter ne plus vouloir se présenter aux conférences de presse.

 « J’espère que vous allez tous bien J’écris ceci pour dire que je ne ferai pas de presse pendant Roland Garros. J’ai souvent eu l’impression que les gens n’ont aucune considération pour la santé mentale des athlètes, et cela se vérifie chaque fois que je vois un journaliste ». Décision à laquelle elle s’est tenue puisque mercredi 30 mai 2021, la jeune femme ne se rend pas à la conférence de presse au cours de laquelle elle aurait dû s’exprimer par rapport à sa santé mentale.

SA RÉPONSE FACE AUX MENACES

Cependant, cette décision ne se passe pas. Comme elle l’explique dans le texte qu’elle tweete le même jour, « Ce n’est pas une situation que j’ai imaginée ou voulue lorsque j’ai posté il y a quelques jours ». En effet, c’est désormais une pluie de menaces qui déferlent sur elle ; les organisateurs du tournoi auraient parlé de disqualification si ce scénario venait à se reproduire. « Naomi Osaka a choisi aujourd’hui de ne pas honorer ses obligations contractuelles envers les médias. Le superviseur de Roland-Garros lui a donc infligé une amende de 15.000 dollars » c’est ce qu’indique un communiqué de Roland Garros, cosigné par les quatre organisateurs des quatre tournois du Grand Chelem.

« Nous avons prévenu Naomi Osaka que si elle continuait à refuser ses obligations médiatiques durant le tournoi, elle s’exposait à d’autres conséquences liées aux infractions au code de conduite. Comme on peut s’y attendre, des violations répétées provoquent des sanctions aggravées, y compris une exclusion du tournoi, et peuvent mener à l’ouverture d’une enquête pour infraction majeure qui pourrait déboucher sur des amendes encore plus importantes et une suspension des tournois du Grand Chelem ».

Néanmoins, ferme dans son besoin de prendre de la distance vis-à-vis de la presse pour préserver sa santé mentale, Osaka maintient sa décision. Aussi, la gagnante de l’US Open fait le choix de s’exprimer par le biais des réseaux sociaux, non sans essuyer les critiques de la presse qu’elle rejette résolument. « Si les instances pensent qu’elles peuvent juste continuer à nous dire ‘Allez en conf’ ou ‘vous aurez une amende’, et à ignorer la santé mentale des sportifs qui sont la pièce maîtresse, alors je préfère en rire ».

SON BIEN-ETRE AVANT TOUT

Naomi Osaka juge pénibles ces conférences de presse pourtant obligatoires. Elle voit en celles-ci un moyen de déstabiliser le sportif par des questions souvent oppressantes et répétitives. Sa position la pousse donc à se retirer du tournoi Roland Garros. Décision à laquelle elle ajoute que c’est « la meilleure chose pour le tournoi, les autres joueuses et son bien-être », et qu’elle se retire pour que « tout le monde puisse se concentrer sur le tennis qui se déroule à Paris ». Les communiqués des quatre tournois majeurs du tennis ne sont pas passés inaperçus. Ils mentionnent qu’ils se pencheront davantage sur la santé mentale de leurs joueurs, possiblement exacerbée par la pandémie.

 La championne de tennis afro-américaine Serena Williams a également réagi à cette affaire. Interrogée par la presse, elle affirme que chacun gère les choses différemment, mais qu’elle a néanmoins « beaucoup de peine pour elle ». Le soutien de Serena Williams est palpable. « Nous devons la laisser gérer ça comme elle le souhaite » ajoute-t-elle ave sincérité. Pour Serena, cette situation vient en rappel à ce qu’elle a aussi vécu. « J’aimerais la prendre dans mes bras parce que je suis passée par là aussi »

Prête à payer l’amende de 15.000 dollars, Naomi Osaka souhaite que cette somme sera reversée à la recherche pour la santé mentale. Dimanche encore, elle tweetait : « la colère est un manque de compréhension. Le changement met les gens mal à l’aise ». Espérons que l’initiative de la jeune femme fasse bouger les lignes au delà de sa discipline sportive.

Afficher les commentairesFermer les Commentaires

Laisser un commentaire