Djaïli Amadou Amal remporte le Gongourt des lycéens 2020 avec son roman « Les impatientes »

Dans ce roman, l’écrivaine camerounaise, Djaïli Amadou Amal, raconte l’histoire de trois jeunes femmes qui ont décidé de prendre leur destin en main en allant à l’encontre d’une tradition appelée dans leur dialecte peul « Munyal » (« Patience »). Contrairement à celles qui espèrent être rétribuées pour avoir su rester « patientes » dans leur foyer, les trois héroïnes sont des impétueuses et préfèrent leur épanouissement à l’enfer conjugal.

Dans son ouvrage, Djaïli Amadou Amal dresse le portrait des trois jeunes femmes, Ramla, Hindou et Safira, victimes de la tradition. Une tradition que les hommes perpétuent en se basant sur des textes islamiques, bien que l’Islam interdise toute forme de mariage qui ne soit pas consenti. C’est malheureusement ce à quoi Ramla, qui rêve de devenir pharmacienne, se retrouve confrontée à tout juste 17 ans. Malgré le fait qu’elle soit amoureuse d’un autre, elle est contrainte de devenir la deuxième épouse de l’homme le plus riche de la ville.

les impatientes qui a réçu le goncourt des lycéens 2020.

Le deuxième personnage du roman, Hindou, demi-sœur de Ramla, est également victime d’un mariage forcé et des violences conjugales avec ses conséquences, à savoir les maladies psychiques et psychosomatiques. La violence fait partie du mariage. C’est censé être l’un des critères de la virilité de l’homme. Quant à la femme, elle n’a ni le droit ni le courage d’en parler autour d’elle ou à sa famille. Il faut demeurer patiente afin que plus tard, cette patience soit récompensée, même si on ignore comment, sur quels bienfaits pourrait aboutir un mariage forcé dans lequel la femme ne s’épanouit pas et vit la plupart du temps un enfer.

Lire aussi >> L’écrivaine haïtienne Edwidge Danticat rafle le « Nobel » de la littérature aux USA

La troisième héroïne de ce roman, Safira, est la première épouse du mari de Ramla. Elle voit cette dernière comme sa rivale et n’est pas prête à céder cette place qu’elle occupait bien avant que son mari ne prenne une seconde femme. Elle vit la venue comme une humiliation, sentiment exacerbé par le fait d’avoir presque le double de l’âge de sa coépouse.

Djaïli Amadou Amal, prix goncourt des lycéens 2020 pour son roman « les impatientes »

Avec son écriture enchanteresse et des dialogues tragi-comiques, Djaïli Amadou Amal ouvre le rideau sur un pan de notre société dominé par des traditions qui détruisent des vies de femmes en les réduisant à des objets sexuels au service de leur époux. Dans son livre, l’auteure espère que les mentalités évolueront sur toutes les questions liées aux violences sexuelles, aux mariage précoces et forcés.

Afficher les commentairesFermer les Commentaires

Laisser un commentaire