/La Critique Sincère de Kayzenberg : Banlieusards

La Critique Sincère de Kayzenberg : Banlieusards

Notre chroniqueur, Amadou Mariko aka Kayzenberg, également réalisateur, nous livre une critique sincère et sans langue de bois sur le film Banlieusards de Kery James et Leïla Sy, actuellement diffusé sur la plateforme de streaming Netflix.

Sorti le 12 octobre 2019 sur Netflix France, Banlieusards est un film français (drame) de 1h 36min réalisé par Kery James et Leïla Sy, avec Kery James, Jammeh Diangana, Chloé Jouannet, Bakary Duombera, Mathieu Kassovitz, Walid Akfir, Dali Bessalah, Kader Boukhanef, au casting.

SYNOPSIS 

Trois frères issus d’une banlieue sensible de la région parisienne. Soulaymaan, élève avocat à Paris, réussit brillamment ses études. Son chemin croise celui de Lisa face à laquelle il débat sur la responsabilité de l’État dans la situation actuelle des banlieues lors de la finale d’un célèbre concours d’éloquence. Demba, l’aîné, vit aux rythmes du trafic et de la rue. Leur petit frère Noumouké, 15 ans, cherche encore sa voie, et doit choisir auquel de ses deux grands frères il veut ressembler. Une bagarre, un coup de feu, un drame… (source Allociné)

AVIS GÉNÉRAL  

Avant de parler du film, j’aimerais dans un premier temps féliciter Kery James et Leïla Sy. Ce film est l’aboutissement d’un combat mené dans l’ombre. Ça fait du bien de regarder un film sur la banlieue fait par des gens issus de la banlieue. Entrer dans le monde du cinéma avec un film aussi engagé et qui prône autant de valeurs mériterait, à mon sens, un OSCAR. Merci également à Netflix, seul distributeur à avoir fait confiance aux nôtres, quand les grandes boîtes de production préfèrent confier nos histoires à des gens qui ne connaissent rien à la vie dans les banlieues et dont le regard est trop souvent loin de la réalité…

Bon, rentrons dans le vif du sujet là, on va chicoter ça !!!

SCÉNARIO 2/5

Ça me fait mal de me lancer dans la critique d’un film aussi engagé mais bon, allons-y ! Malgré le fait que j’ai passé un bon moment, je trouve que le scénario est vraiment faible. Je vais prendre deux éléments pour étayer mon propos. 

Premièrement, ce qui est pour moi le plus frustrant, c’est qu’on ne ressent pas la vie de quartier, il ne vit pas. Il ne suffit pas de montrer quelques motos ça et là, un passage, etc… Ce dont on a besoin, à mon avis, c’est d’interaction avec l’autre, comme dans La vie scolaire de Grand Corps malade et Mehdi Idir, quand l’ami dealer du personnage principal appelle trois gamins pour qu’ils aillent lui acheter quelque chose à la boulangerie, ou alors quand le personnage principal marche avec sa petite sœur dans le quartier et qu’il croise et interagit avec plusieurs personnes. Autre exemple avec La Haine de Kassovitz : souvenez-vous de la scène du parc, lorsqu’un un petit raconte une histoire qui n’a ni queue ni tête aux personnage principaux qui semblent perplexes. Il y a aussi la scène du barbecue sur le toit, ou encore quand Cut killer mixe par la fenêtre de son appartement. Ces différentes scènes permettent de donner vie à l’environnement dans lequel évolue les personnages.

Lire aussi : La Vie Scolaire

C’est vrai qu’ils ont tenté un truc, mais ça n’a pas pris. Sans doute parce que l’implication des personnages secondaires reste malheureusement en surface.

Autre point défavorable : les personnages ne sont pas assez travaillés ! Si on prend le personnage de Demba interprété par Kery James, par exemple, je trouve qu’il a une trop faible évolution dans le film.  Certains m’ont dit « Mais si, regarde il vient voir son frère au concours d’éloquence, et à la fin il veut pas d’éloges ». En outre, on voit dés le début que ce personnage n’est pas vraiment méchant. Le Demba du début a un grand cœur, il aime faire plaisir à son petit frère, à qui il laisse volontiers le volant de sa belle voiture. Il tente de venir en aide à sa mère qui porte des courses trop lourdes, et lors d’une dispute, on apprend que c’est lui qui a financé les étude de son frère… Tout ça pour dire que les personnages manquent de profondeur, ce qui fait que par moment, on ne comprend pas la réaction de certains d’entre eux. 

À côté de ça et bien que cela soit un peu surjoué, j’ai kiffé la scène du concours d’éloquence, et certains dialogues sont plutôt bien écrits.

RÉALISATION  2/5

Je vais peut-être passer pour un mec relou, mais j’ai un problème avec la photographie du film et cet esthétisme bleu-rouge (l’image et la lumière). Mais bon, les goûts et les couleurs ne se discutent pas comme on dit, et il semble que ce soit la signature artistique de Leïla Sy. D’ailleurs, elle utilise a peu près les mêmes tons dans son précédent court métrage Entre chien et Lou – JE T’AIM3 – Trilogie de l’amour, Part 3

Entre chien et Lou – JE T’AIM3 – Trilogie de l’amour. 

Au niveau du montage, ce qui m’agace particulièrement (ça a certainement dû se produire le jour du tournage), ce sont les sautes d’images sur le même plan qui surviennent à 17mn 26s et à 22mn 35s du film. Pour moi c’est inacceptable,  quitte à mettre un insert de la ville ou d’une horloge, tout mais pas ça… ça ne fait pas pro du tout ! C’est comme si on voyait apparaître des bouts de scotch sur un objet censé être de bonne manufacture, or les finitions, c’est important. Voilà… Pas de prise de risque ! Une réalisation scolaire qui ne casse pas trois pattes à un canard. 

Ceci étant,  je trouve l’ouverture du film majestueuse. C’est pour moi la séquence la mieux réalisée et la mieux montée avec la maman qui nous entraîne dans son quotidien : on rentre vraiment dans l’intimité d’une famille ordinaire. 

BANDE SON 4/5

Selon moi, c’est le point fort du film. Chacune des musiques est bien choisie et accompagne chaque scène de la meilleure des manières,  comme cette musique apaisante qu’on entend à chaque fois que la maman intervient. Cela vaut bien la note attribuée. 

CASTING 3/5 

Kery James a été bon mais encore une fois, j’ai un problème avec son personnage que je ne trouve pas assez abouti. Bakary Diombera est lui aussi pas mal dans le rôle de Noumouké, le petit frère à la tête dure. Jammeh Diangana qui interprète Soulaymaan, en plus d’être très bon, a une très belle signature vocale. Il a une diction impressionnante et ferait un très bon rappeur, à mon avis. Ah oui… Je ne pouvais pas parler du casting sans parler de LA MAMAN que je considère comme la meilleure actrice du film : elle est vraiment top !

J’espère vraiment que ce film  marchera car ils le méritent tous quelle que soit la contribution apportée.  Ma position de critique est aisée ! Il est néanmoins impératif de rappeler que Kery James et Leila Sy en sont à leur premier long métrage, un détail qui a son poids dans la balance. Bref, allez voir le film et surtout, n’hésitez pas à nous donner vos impressions.

Pour ma part, ce n’était que mon avis en tant qu’amateur de cinéma 😉

**********

Scenario :    2/5

Réalisation : 2/5

Bande son : 4/5 

Casting :      3/5

Total :        11/20

Suivre Kayeznberg sur Instagram : @am_kayzenberg