Qui est Francis Ngannou, le nouveau champion poids-lourds UFC en art martiaux mixtes ?

Le Camerounais Francis Ngannou, anciennement sans-abri, a été sacré champion des poids lourds UFC en art martiaux mixtes (MMA) dans la nuit de samedi à dimanche. « The Predator » comme on le surnomme a vaincu par KO l’Américain, Stipe Miocic, jusque là détenteur du titre, au 2e round.

Si dans la nuit du samedi à dimanche, le combattant MMA Francis Ngannou s’est hissé au sommet de son art en décrochant le titre de champion du monde, il faut savoir que tout n’a pas été rose dans son parcours.

Arrivé clandestinement à Paris en 2013 dans l’espoir d’avoir une meilleure vie comme des milliers d’autres africains, Francis Ngannou passe plusieurs mois dans la rue sans aucune ressource ni aide. Il n’a que 100 euros en poche et il dort dans la rue ou dans les parkings publics du 13ème arrondissement. Passionné de sport de combat depuis son pays natal, il fait une rencontre déterminante qui changera complétement sa vie. En effet, Khater Yenbou, directeur fondateur de l’association « La Chorba » fait entrer le jeune homme de 26 ans dans une salle de MMA pour la première fois, en 2013.

« Je sentais bien que dans les discussions, il voulait avoir une salle de sport  », explique le directeur de l’association parisienne, qui se tourne donc vers Fernand Lopez, qui dirige la « MMA Factory », une salle de sport voisine des locaux de « La Chorba ». « Je présente Francis en expliquant qu’il ne pourrait pas payer de cotisations… Lopez me dit : « je veux bien le voir ! » ».

Lire aussi >> Francis Ngannou : des rues de Paris aux plateaux tv de Las Vegas

Sept ans plus tard, Francis enregistre déjà 16 victoires et seulement 3 défaites dans l’« Ultimate Fighting Championship ».

le KAO de Ngannou contre Stipe Miocic

Une musculature hors-norme 

Le travail à la barre à mine qui est, par ailleurs dangereux et très exténuant doublé de la manipulation de sa tige de fonte dans les flancs de la montagne rouge, lui ont permis de développer sa musculature. Il la renforce plus tard en chargeant des ballots de vêtements de 55 kilos. Le corps du combattant est là mais, ça ne suffit pas ! Il faut aussi apprendre les techniques de combat et c’est à 22 ans que ce fan de boxe anglaise qui « rêve d’être Mike Tyson » entre pour la première fois dans une salle de sport, à Douala. Le colosse veut échapper à sa condition, il est déterminé à arriver.

Lire aussi >> La Lutte Traditionnelle Sénégalaise

C’est d’ailleurs avec l’intention de faire carrière dans la boxe anglaise que Francis Ngannou émigre en France en 2013, parmi un flot de migrants, à l’âge de 26 ans. Désargenté et isolé, il se retrouve SDF dans les rues de Paris. Le seul moyen de s’en sortir, c’est de continuer d’y croire à ses rêves et c’est qu’a fait Francis Ngannou.

«  C’est l’histoire d’un jeune qui n’a pas eu beaucoup de chance dans la vie, mais qui ne s’est pas résigné, qui s’est permis de rêver. Je combats contre un sort qui m’était destiné, une situation à laquelle j’étais condamné » racontait-il à l’AFP en 2018. Bein qu’arrivé en MMA tardivement, soit en 2015 à l’âge de 29 ans, il affirme avoir été : « un combattant toute sa vie. »

Francis Ngannou qui jubile après sa victoire

La carrière de Francis débute comme il le dit dès sa naissance en 1986 à Batié, un bourg de l’Ouest du Cameroun, en pays bamiléké, sur la route nationale qui relie la ville de Douala et celle de Bafoussam. Batié qui est connue pour sa carrière de sable, est désormais célèbre grâce à Francis Ngannou. Son enfance n’a pas été aussi facile; ses parents divorcent lorsqu’il a à peine 6 ans. « Je sais où je suis né mais je ne pourrais pas vous dire où j’ai grandi  ». Ce divorce qui se transforme en conflit lui cause énormément de tort. Le petit garçon voit ses parents dilapider le peu de fortune familiale et ses chances de réussites scolaires s’effondrer.

Francis Ngannou est aujourd’hui au sommet, mais il lui a fallu batailler durement pour en arriver là. Sa réussite est due à sa persévérance dont il ne s’est jamais départi, même dans les moments où le doute était permis. Comme il le dit dans un documentaire que le magazine Explore lui a consacré en 2018 : « Beaucoup pensent que la France est un paradis, mais moi je savais que mon paradis je devais me le construire ». Le jeune camerounais est devenu le « Mike Tyson » du MMA et est même craint même par la légende de l’octogone, Jone Jons, probablement son futur adversaire.

Afficher les commentairesFermer les Commentaires

Laisser un commentaire