/Boycott Nike : des entreprises américaines interdisent le port de la marque à leurs employés
Boycott Nike

Boycott Nike : des entreprises américaines interdisent le port de la marque à leurs employés

La dernière campagne Just Do It, pour les trente ans du slogan de la firme, déchaînent les passions mais le boycott des produits Nike envisagé par les détracteurs de Colin Kaepernick peine à prospérer.

La nouvelle campagne Just Do It n’a, semble-t-il, pas fini de faire parler d’elle. Après une réaction, que l’on pourrait qualifier d’épidermique, de la part des détracteurs du quarterback Colin Kaepernick, qui a elle-même suscité l’hilarité sur Twitter, les velléités de boycott manifestées par l’Amérique de Donald Trump peinent à se concrétiser. Une photo, récemment apparue sur les réseaux sociaux, suggère, par exemple, qu’un employeur aurait interdit à ses salariés de porter des produits Nike sur le lieu de travail, sous peine d’être renvoyés chez eux se changer. Pour l’heure, la publication concernée résiste difficilement au fact checking (ou « vérification des faits », en français).

Lire aussi >> Colin Kaepernick : « Je ne vais pas me lever pour un pays qui oppresse les gens de couleur »

D’autres initiatives, émanant notamment d’organismes publics et visant à prendre une certaine distance vis-à-vis de la célèbre marque, sont, en revanche, plus plausibles mais demeurent isolées.

Il est vrai que l’opération de communication menée par le géant du sportswear, qui intervient pour les trente ans d’existence de son mythique slogan, n’est pas perçue, loin s’en faut, comme constituant une erreur stratégique. Nike bénéficie, en particulier, du soutien manifeste d’un bon nombre de personnalités, afro-américaines ou non, qui s’insurgent contre les violences policières dont les Noirs sont régulièrement victimes, aux États-Unis.

aussi >> Le Nike « Pro Hijab » : coup marketing ou véritable éveil des consciences ?

Par ailleurs, le « cœur de cible » de la marque ne semble pas prêt de s’en détourner. La question commence même, bien que timidement, à se poser de savoir si cette entreprise n’est pas tout simplement en train de capitaliser sur la « douleur noire ». Le débat n’est certainement pas clos…

pURpRo pour ByUs Media