/Un documentaire biographique diffusé sur Netflix sans l’accord de Cyntoia Brown, ancienne esclave sexuelle

Un documentaire biographique diffusé sur Netflix sans l’accord de Cyntoia Brown, ancienne esclave sexuelle

Depuis quelques jours, Netflix diffuse un documentaire biographique intitulé “Murder to Mercy” portant sur le cas de Cyntoia Brown, une esclave sexuelle condamnée à perpétuité puis graciée par le gouverneur du Tennessee en 2019. Une programmation allant à l’encontre du souhait de l’intéressée qui dénonce une initiative prise à son insu.

Depuis quelques jours, Netflix diffuse un documentaire biographique intitulé “Murder to Mercy”, relatant l’histoire de Cyntoia Brown, de son emprisonnement à perpétuité pour meurtre à sa libération sur parole, le 7 août 2019, après avoir été graciée par l’ancien gouverneur du Tennessee, Bill Haslam. L’affaire avait suscité une vague d’émotion à travers le pays, notamment chez les activistes et les défenseurs de la réforme de la justice pénale, après que l’affaire ait été rendue publique en 2017.

Cyntoia Brown lors d’une audience pour une demande de clémence, mercredi 23 mai 2018, à la prison pour femmes de Nashville, Tennessee. (Lacy Atkins / The Tennessean via AP, Pool)

En 2004, Cyntoia Brown âgée de 16 ans et victime de trafic sexuel, abat Johnny Allen, un agent immobilier de 43 ans, chez lui, après qu’il ait tenté d’abuser d’elle. Bien qu’elle ait affirmé qu’il s’agissait de légitime défense, Cyntoia sera reconnue coupable de meurtre au premier degré, de crime et de vol aggravé, et condamnée à vie en tant que prostituée mineure. Mais en 2017, le cas Brown est devenu viral lorsque des célébrités telles que Rihanna, LeBron James et Kim Kardashian-West ont commencé à relayer son histoire sur leurs réseaux sociaux, appelant à la clémence. La peine de la jeune femme avait finalement été commuée conduisant à sa libération, en août 2019.

Lire aussi : Cyntoia Brown, esclave sexuelle condamnée à vie pour meurtre, bientôt libre

Il faut admettre que cette affaire est fascinante à bien des égards : les mineurs dans le travail du sexe, le blâme des victimes, les préjugés raciaux, un système de justice biaisé et une fin relativement heureuse. Il n’est donc pas étonnant que Netflix ait pris le parti de diffuser un documentaire biographique sur le cas Brown… Le problème est que Cyntoia Brown n’a jamais autorisé cette diffusion.

Cette dernière s’est exprimée sur Twitter en date du 15 avril 2020, au sujet de ce documentaire réalisé par Daniel H. Birman : « Alors que j’étais encore incarcérée, un producteur qui avait en sa possession de vieilles images de moi, a conclu sans mon autorisation, un accord avec Netflix pour un documentaire qui devrait être diffusé prochainement. Mon mari et moi avons été aussi surpris que vous lorsque nous avons entendu la nouvelle pour la première fois, parce que nous n’avons participé d’aucune façon. »

« Cependant, je suis actuellement en train de partager mon histoire, de la bonne manière, en détail, et d’une manière qui dépeint et respecte la femme que je suis aujourd’hui. Même si je prie pour que ce film souligne des choses qui ne vont pas dans notre système judiciaire, je n’avais rien à voir avec ce documentaire. ». Tweet qui a depuis été supprimé.

Quant au géant du streaming Netflix, il a choisi de diffuser le documentaire « Murder to Mercy » (disponible depuis le 29 avril dernier), malgré le refus catégorique de l’intéressée. Cette programmation a suscité l’indignation des internautes qui dans la foulée, ont appelé à boycotter le film.

Lire aussi : Les 5 meilleurs documentaires Netflix relatant l’histoire afro-américaine

Anti-complaisance, anti-dilettantisme, anti-procrastination, je milite pour l'Excellence, mais avant tout, pour le dépassement de soi ! Ma citation préférée : “Ce que d'autres ont réussi, on peut toujours le réussir.” À bon entendeur...